Menu icoMenu232White icoCross32White

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

LA GUILDE, POURQUOI ?

Que nous réalisions des films pour les chaînes historiques, des reportages pour les magazines ou des documentaires de création qui s’exposent dans les festivals les plus prestigieux, nous partageons tous le même sentiment : notre métier est en danger, nos conditions de travail se durcissent.

Et si, au lieu d'être chacun isolé, nous nous regroupions dans un collectif capable de nous réunir, de nous tenir informés, de nous défendre ?

Et si, au lieu d'être marginalisés, nous nous remettions au centre de la production des films que nous écrivons et réalisons ? Et si, au lieu d'être impuissants, nous pesions de tout notre poids pour faire entendre notre voix ? Et si nous créions un syndicat ?

Inspirée du modèle des guildes et corporations américaines ou danoises, la Garrd exerce les missions d'un syndicat.

SA MISSION : PROTÉGER, DÉFENDRE, INFORMER

Nous devons protéger les plus précaires d'entre nous, nous devons défendre le pluralisme et la diversité de notre profession, nous devons informer pour que chacun ait pleinement conscience de ses droits déjà acquis.

Alors que l'audiovisuel public est chahuté, que les plateformes de streaming se lancent dans une concurrence effrénée, que France Télévision est soumis à un régime budgétaire drastique, que le CNC est incité à promouvoir la valorisation commerciale des œuvres et faire des économies, nous devons faire entendre notre voix.

Nous avons - grâce à vous - désormais l'outil pour le faire: un syndicat. Soyons nombreux à le rendre puissant et représentatif.

Nous vous remercions chaleureusement car jusque-là vous nous avez donné une force incroyable pour porter votre voix, notre voix, partout où c'était déjà possible.

DÉSORMAIS NOTRE PROFESSION ET NOTRE VOCATION SONT SOUS BONNE GARRD.

Février 2021

L’équipe

Déléguée Générale

Perle Schmidt-Morant
Déléguée Générale
Barbara Lesclauze
Chargée de mission

Composition du bureau

Vincent de Cointet
Président
Maiana Bidegain
Vice-présidente
Nicolas Jallot
Vice-président
Olivier Toscer
Trésorier
Clarisse Feletin
Secrétaire générale

Composition du conseil d'administration

Anne-Marie Avouac

Sandrine Bellinger

Maiana Bidegain

Vincent de Cointet

Elizabeth Drévillon 

Myriam Elhadad

Clarisse Feletin

Marianne Kerfriden

Nicolas Jallot

Pierre-Emmanuel Luneau Daurignac

Jean-Thomas Renaud

Anne Richard

Sandra Rude

Olivier Toscer

Estelle Walton

 

 

Historique

Le 20 mai 2019, à l'issue d'une mobilisation sans précédent sur les réseaux sociaux et de plusieurs réunions spontanées, une “assemblée” de près de 500 auteurs, journalistes, réalisateurs de documentaires, a voté à 99% pour la création d’un syndicat professionnel.

Dans la foulée, une campagne de crowdfunding a permis de réunir plus de 25 000 € grâce à 650 contributeurs.
Grâce à cette formidable mobilisation, nous avons embauché un avocat, Me Pascal, pour rédiger et déposer les statuts de la Guilde des Auteurs-Réalisateurs de Reportages et Documentaires (GARRD).

Le 3 septembre 2019, le premier syndicat regroupant toutes nos familles : réalisateurs, auteurs, journalistes et documentaristes, est né.

20 Mai 2019 
Près de 500 auteurs, journalistes, réalisateurs de documentaires, ont voté à 99% pour la création d’un syndicat professionnel.

3 Septembre 2019 

Naissance de la Guilde

4 novembre 2019 

Lancement des adhésions

  • Parce que nous auteurs-réalisateurs ne souhaitons plus être la variable d’ajustement de l’économie des films que nous écrivons et réalisons.

  • Parce que nous ressentons tous, chacun dans notre coin, que notre métier est en danger.

  • Parce que nos relations avec les producteurs et les diffuseurs sont à rééquilibrer.

  • Parce que nos revenus sont menacés par la baisse des budgets des diffuseurs.

  • Pour qu'enfin, les choses ne se fassent plus sans nous.

Vous en rêviez, LA GARRD est née ! Et l’histoire peut commencer !!!

Message du président,
Vincent de Cointet

 

Chères Gardiennes, chers Gardiens,

 

Je tiens à adresser un immense MERCI à Elizabeth pour son engagement sans faille depuis trois ans à la tête de la GARRD, ainsi qu'aux bureaux et CA successifs qui l'ont accompagnée. 

Depuis trois ans en effet, de nombreux chantiers ont été ouverts, de nombreux débats ont été portés. Des victoires, aussi, ont été remportées:

L'union de la GARRD et U2R en septembre 2021 en Intersyndicale afin de défendre ensemble la profession du réalisateur et améliorer ses conditions de travail, au-delà des spécificités de leurs répertoires (fiction et animation pour U2R, reportages et documentaires pour la GARRD).

L'aboutissement des négociations de la Tripartite: aux côtés de la SCAM et de la Boucle documentaire, la GARRD a participé à la négociation de la Charte Tripartite signée au FIPADOC en janvier 2022 avec France Télévisions et les syndicats de producteurs. Ce texte constitue une avancée importante et vise à protéger les droits et les prérogatives de l'auteur-réalisateur dans ses relations avec les producteurs comme avec FTV (rôle de l'auteur, conditions de visionnage, revalorisation de la rémunération...).

L'appui du Sénat pour un salaire minimum conventionnel des réalisateurs de l'audiovisuel: la GARRD a été auditionnée par la Commission d'enquête sur la concentration des médias du Sénat en février 2022. Elle a rappelé aux sénateurs que les réalisateurs de l'audiovisuel sont la seule profession du secteur à ne pas avoir de salaire minimum conventionnel, ce qui les expose à une paupérisation croissante et fragilise d'autant la liberté d'information. Ce message a été entendu par la Commission d'enquête qui, dans son rapport, reprend la proposition de la GARRD appelant à la présence du ministère du Travail aux négociations en cours afin d'aboutir à un salaire minimum conventionnel pour les réalisateurs de l'audiovisuel.

Aujourd'hui la GARRD existe. Elle s'exprime, elle travaille, elle négocie. Elle compte dans le paysage audiovisuel. elle incarne une voix singulière. Importante. 

Plus récemment, à la veille de l'élection présidentielle, elle adressait en tant qu'Intersyndicale, onze propositions à l'ensemble des candidats pour faire entendre les réalisateurs. Parmi ces propositions, la GARRD appelait à la défense de la liberté d'information au travers des conditions de travail des auteurs et réalisateurs (dispositif SNMO, clarification des attributions des Comités d'éthique) et s'opposait à la suppression de la redevance, rappelant la nécessité d'un financement pérenne de l'audiovisuel public de nature à garantir son indépendance.

Mais rien n'est gagné. Rien n'est acquis.

Avec le nouveau bureau et l'ensemble du CA élu, et avec l'aide et le soutien sans faille de Perle et Barbara, nous sommes tous impatients de retrousser nos manches et poursuivre les combats engagés.

Plus que jamais, nous continuerons à nous battre pour obtenir un salaire minimum conventionnel avec un système dérogatoire pour les films fragiles ainsi qu'une rémunération minimale en droits d'auteur pour la phase d'écriture de nos films et reportages. En nous appuyant sur le travail des commissions que vous connaissez, nous nous attacherons également à promouvoir le respect de vos droits sociaux, à défendre la parité et soutenir journalistes, réalisatrices et réalisateurs dans la pratique de leur métier au quotidien.

Enfin, je profite de cet espace pour reprendre un appel qu'Elizabeth a lancé à maintes reprises: n'hésitez pas à parler autour de vous de notre jeune et vigoureux syndicat et faire adhérer en nombre, amis, proches, collègues...

Rejoignez-nous!

Et venez à l'AG annuelle, aux apéros, aux rencontres diverses, engagez-vous dans les commissions existantes, créez-en d'autres pour porter de nouvelles revendications. Nous avons besoin de vous, de votre énergie, de vos et idées et de vos retours pour mieux vous connaître et mieux vous défendre.

Plus nous serons nombreuses et nombreux, plus la voix de la GARRD portera et sera entendue dans ses revendications.

A très bientôt j'espère.  

 


Vive LA GARRD !